Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Publié le par Suzy Dumeur
Publié dans : #Récits de Dumeurie


Ce que j'aime bien avec l'Internet, c'est qu'on peut taper un mot clé a priori inoffensif et se retrouver sur des sites pas clairs. D'ailleurs il parait que c'est génial pour les mômes. Par exemple l'une de mes collègues me parle d'un restaurant qui s'appelle Notabou dans ma ville, et que vois-je dans les recherches gogoliennes à l'énoncé de ses 3 syllabes, nonobstant des propositions culinaires ? Hé ben toute une pléthore incongrue de joyeusetés sexuelles même qu'il y a une dame - ou un monsieur pardon pas de discrimination par chez moi - qui s'appelle "Trou à jus".

Terriblement buccolique. Et si des mômes tapent "Ratatouille", peut être qu'un jour quand je serai célèbre, ils tomberont sur mon blog et croiront innocemment que ça parle de leur film favori. Et bien que nenni. En fait l'image ci-dessus devrait leur apporter un indice sur mes intentions criminelles d'occire une pauvre petite souris aux yeux noisettes. Car j'ai surnommé mon hôte aux petites dents rongeuses de ce patronyme très original et fort à propos.

Notre première rencontre fut ubuesque. Moi sur le lit avec tout mon matériel de survie à portée de main (Petit Copain 2 alias PC faut comprendre, téléphone portable pour rester liée à Petit Copain Premier, un bouquin voire deux, un bol de fromage blanc à ras la gueule d'ail, échalotte et ciboulette) en train de mater le premier épisode de la saison 4 de DEXTER. Déjà elle aurait du se douter que c'était pas Disneyland chez moi, mais non l'inconsciente a fureté un bout de temps sur ma moquette avant que je réagisse finalement, que non je n'avais pas d'hallucinations visuelles, et qu'un truc marron foncé légèrement rebondi sur les côtés bougeait effectivement dans la chambre.

Nos regards se sont croisés. Un tendre instant avant que les hostilités commencent. Moi, courant derrière Ratatouille avec un balai, elle, me narguant superbement sous le lit, dispersant ça et là des crottes sur mes anciens Mad Movies (pourtant ceux là ils méritent pas qu'on leur chie dessus, ce sont des numéros des années 70-80). Et croyant qu'elle s'était faufilée je ne sais où avec sa grâce agilité, en plus avec tout le tintouin que j'avais fais avec mes poumons portugais, je ne me suis pas doutée un seul instant que la salope était encore sous la couche nuptiale pendant que je tentais de voir la fin des aventures de mon serial killer favori (soi dit en passant les scénaristes ne pourraient-ils pas buter sa femme ? Avec une tapette géante je m'occupe du problème si y'a que ça). Encore là et toutes lumières éteintes à minuit pile l'heure du crime, la voilà qui gratte et marche avec ses toutes petites pattes en faisant des bruits de souris.

Ca pèse 50 grammes ces conneries là mais qu'est-ce que ça peut être lourd dans la course ; rien que pour faire chier le monde je suis sûre !

Dès le lendemain matin j'étais chez mon fourvoyeur d'armes anti parasites de toutes sortes (un peu comme les tarés de chez MORT SUR LE GRILL, ah tiens on voit d'où vient le concept de la fourchette plantée dans le pif sur l'image ci-dessus)
croyant me débarrasser de la divine poilue, mais que nenni, la belle préfère grimper dans ma poubelle LISSE en passant dans un trou de souris et se servir des miettes qu'elle y trouve. Tu lui sers le gite et le couvert à l'autre, mais non elle préfère bouffer des graines ramollies par du jus de conserve.

Alors éradiquer l'espèce il ne faut pas y penser, d'autant que depuis notre dernière course folle où je l'ai surprise vautrée dans la poubelle, Ratatouille a perdu ses petits bagages abdominaux. Alors j'ai essayé un deal avec elle : je prends la chambre, je te laisse, maudite rongeuse, la cuisine où tu pourras continuer à bouser sous le frigo.

En attendant que mon pistolet à colle te mette au chaud derrière mon placo, vieille canaille !

Articles récents

Hébergé par Overblog