Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Publié le par Suzy D.
Publié dans : #Récits de Dumeurie

bequille pitbull

 

Pour ceux qui n'ont pas encore été atteint par la facebookite, quelques nouvelles du front. L'image ci-dessus correspond bien à mon état aimable actuel, à part la canne qui n'est pas de ce modèle là, et à part que j'en ai deux aussi, des cannes. Il y a trois jours on m'a retirée totalement le plâtre, et pour ceux qui s'inquiétaient de ma vie sexuelle pré-mariage normalement très folle, rassurez-vous on n'a pas attendu six semaines pour emmener le petit au cirque, vu que quinze jours après mon gag de premier avril, le chirurgien a eu pitié de ma platitude religieuse et m'en a retirée la moitié. De plâtre.


A mon travail aussi, ils se sont rendus compte que ce n'était pas un gag poissonnier, vu que le lendemain, surlendemain, sur sur lendemain, 42 post lendemains, je ne me suis pas rendue sur les lieux. A moins qu'il y en ait encore pour se dire que décidemment les blagues les plus courtes sont les meilleures ? Quelle sacrée déconneuse cette Suzy, mais bon là faudrait qu'elle arrête ses conneries !

 

Ben les conneries elles vont durer jusqu'au 29 juin m'ssieu dames. Parce que ma cheville elle n'est pas franchement consolidée, dixit le chirurgien que j'ai vu en consultation trois fois et qui ne m'a jamais ouverte au bistouri. Pourtant j'en ai bouffé des tonneaux de fromage blanc et des caisses de qui puent, mais non la dame appelée "malléole externe" résidu de bidet de Darwin ("ça sert à rien le péroné, a dit mon kiné, c'est comme la clavicule et l'os du pénis". Nan cette dernière connerie là c'est moi qui vient de la rajouter) a décidé de ne pas se ressouder tusuite, et de tout foutre en l'air mes projets printaniers.

 

Dont celui de retourner avidement au taf.

 

Nan je déconne.

 

Par contre comme vrais projets j'avais en tête :

- me jucher sur un haut tabouret dans le haut lieu de la perversion tourangelle ;

- dévorer de la rôtisserie dans un resto qui va faire grimper mon taux de cholestérol ;

- retrouver des positions du Kamasutra dont celle de la brouette marteau piqueur ;

- désosser la femme de ménage.


Oui mais non c'est repoussé tout ça. Sans compter que je ne peux toujours pas dévaler mes escaliers favoris. Et que du coup, à part mes trois autorisations de sorties extra hospitalières, je n'ai pas croisé de gens de la rue depuis plus de 6 semaines.


6 semaines.


Un mois et demi.


42 jours.


1008 heures.


De quoi avoir des envies de civilisation humanitaire à ma sortie sous conditions.


Comptez sur moi.



Articles récents

Hébergé par Overblog