Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Publié le par Suzy D.
Publié dans : #Endroits où aller... ou pas !
l'écume bleue
Je ne regarde que très rarement la télévision, mais de temps en temps au gré des zappings, je tombe sur des trucs plus que potables, et ma dernière découverte fut Cauchemar en cuisine avec Gordon Ramsay, sur W9. Le concept : un chef cuisinier étoilé vient à la rescousse de gestionnaires de restaurant en pleine dérive. Alors le chef en question est anglais, ce qui peut paraitre aberrant, mais franchement quand on le voit agir, on se dit que la cuisine ce n'est rien que du bon sens, et pour ça pas besoin de nationalité en rapport avec une présumée gastronomie génétique. C'est pas parce qu'on est Français qu'on pond de la cuisine savoureuse et géniale, madame, ça non...

J'en veux pour preuve ce qui se trame dans la cuisine de L'écume bleue à Dunkerque, restaurant affilié par erreur à un hôtel 3 étoiles, Le Welcome, dont la seule bizarrerie est d'avoir la Rai dans ses chaines câblées (je n'arrive pas à concevoir un seul instant qu'un Italien normal puisse se ballader en ces contrées là ; s'il existait un proverbe "vedere Dunkerque e morire" ça se saurait). Un poil exigeante en matière de dégustation buccale, il m'est tout de même rare de tomber sur une gargotte pitoyable, pisque même les routards à Jackie peuvent vous concocter de fortes agréables surprises.

Mais alors manger à L'écume bleue, c'est un véritable challenge à papilles, et si j'avais été à la place de Gordon Ramsay j'aurai déchiré ma chemise toute verte de rage, en écumant à qui mieux mieux des fuck à outrance ; croyez-moi les fuck là bas c'est fortement mérité.

Déjà, à L'écume bleue, une tradition du coin persiste tous les soirs à la même heure, et des hordes de touristes se déplacent du monde entier pour voir cette curiosité locale aussi mystérieuse que les aurores boréales : le mettage sur platine de l'album Dangerous de notre regretté Michael Jackson, à heure pile. Tous les soirs. A 20 heures. J'ai "diné" là bas 3 soirs de suite, et 3 soirs de suite le MEME serveur a été fidèle à cette étrange coutume musicale, mettre en boucle ce minime album du Roi de la pop. En boucle, oui en boucle, ça aussi j'ai pu le constater, car à L'écume bleue il n'y a pas que l'écoute musicale qui est chiante, il y aussi le service ; le temps que l'on vous serve votre soi-disante bavette saignante et hop ! c'est Jam qui revient à la charge, pis Remember the time, pis Black or white, pis oh votre bavette arrive, mais ça alors elle est saignante dedans mais noire dessus, incroyable !

Et alors la bavette elle se ballade dans une assiette où dedans se disputent la même moitié de tomate anémiée gratinée noircie que la veille et l'avant veille, des pauvres frites surgelées qui n'ont jamais vu un éplucheur à patates, et quelques brocolis bien verts ceux là, mais ayant le même goût que la poiscaille pas fraiche qu'on vous a servi la veille. Oui mesdames et messieurs, à L'écume bleue, pour la formule buffet entrée-dessert et plat du jour à une quinzaine d'euros, vous aurez le droit de goûter à de la fameuse cuisine digne d'un chef brillant dans la maitrise de l'ouvre-boites et excellant dans l'ouverture des sachets de surgelés. Le premier soir je me suis battue avec un poulet rôti passé très près du grill et à la cuisse raide (vous devinerez aisément qui fut le vainqueur), le second - le moins pire je dois l'admettre, seulement une demie heure d'attente pour le plat principal - j'ai tenté de deviner quel genre de poisson pouvait bien tenter de rivaliser niveau goût, avec la croute de fromage fortement prononcée qu'il y avait sur le dessus du gratin, et le troisième donc ce fut harakiri à la bavette aux deux cuissons.

Tous les soirs néanmoins le chef a voulu nous duper en concoctant des entrées hype haut de gamme avec des mélanges hasardeux de noix, coeurs d'artichaut, soja et abricots, le tout en conserve of course ; y'en avait dans tous les bacs de ces mets très recherchés, et fucking cherry on the cake Gordon, les pâtisseries étaient... molles. Z'allez voir qu'on va mettre ça sur le taux d'humidité dunkerquois. Une des grandes spécialités de ce haut lieu de la gastronomie culinaire est le grand bac à crème fraiche posé tout à côté de la salade de fruits servie sur un lit de jus de boite, qu'on confond volontiers avec du fromage blanc ; je pensais n'être jamais déçue par ce dernier, bah si... Mieux vaut se rabattre sur les petits pains blancs décongelés à la vite, et si vous avez du bol de ne pas tomber sur du beurre rance, là vous pourrez vous faire un semblant de repas.

Pourquoi y avoir mis à mal mes papilles 3 soirs de suite me direz-vous ? Parce qu'alléchée par la proximité d'un 3 étoiles honnête, j'avais pris la formule totale et ne pouvais m'en démettre pour cause de chèque déjà rempli par le comptable de ma boite. Une vraie punition que de passer devant les hauts lieux de la patate fraiche parsemés ça et là dans la ville, en sachant que je devais rentrer la tête basse me remplir l'estomac de trucs vraiment pas cuisinés avec amour... Une vraie torture stomacale qui m'a fait regretter le Giant de Quick, hallal ou pas hallal d'ailleurs... c'est dire.

Il y avait ces soirs là dans l'hôtel un car de touristes échoués de Slavie, j'espère pour eux que ce n'est pas à L'écume bleue qu'ils ont fait connaissance avec la cuisine française. Franchement si vous passez à Dunkerque, ne commettez pas les mêmes erreurs buccales que moi, allez donc tenter votre chance ailleurs, vraiment ailleurs, sûre qu'à la friterie de la gare vous aurez un cornet à 4€ beaucoup plus honnête que L'arnaque bleue...

N'allez pas vous y noyer !

Articles récents

Hébergé par Overblog